Vous êtes ici : Accueil > "Histoire et Mémoire" > 4eB : célébrités allemandes > L’ antisémitisme
Publié : 17 avril 2014

L’ antisémitisme

L’antisémitisme en Allemagne

I.Qu’est-ce que l’antisémitisme ?
Etymologie : du grec anti, contre, opposé et de Sem, l’un des fils de Noé dans la Genèse.

L’antisémitisme désigne un sentiment de haine envers les Juifs, qui sont supposés inférieurs. Il peut prendre la forme d’une opinion ou d’une attitude hostile, de discrimination (exclusion), de racisme, de persécution. L’antisémitisme constitue une négation du droit à la différence.

L’origine du mot "antisémite" est attribuée au journaliste Wilhelm Marr, en 1879 dans un livre anti-juif. Il ne s’agit pas d’un article anti-religieux (contre la religion judaïque), mais sociopolitique et économique.
L’antisémitisme vise les personnes qui appartiennent ou sont supposées appartenir à la communauté juive. Les cibles sont multiples : un nom de famille ou un prénom, des traditions ou des pratiques religieuses, des modes de vie, une apparence physique, un métier ou tout autre signe considéré comme spécifique. L’antisémitisme développe des préjugés et des interprétations diffamatoires, des attitudes haineuses et des agressions verbales ou physiques.
II. L’évolution de l’antisémitisme
L’hostilité envers les Juifs, qui remonte à l’Antiquité païenne, a pour origine leur fidélité à un Dieu unique. Au IVe siècle après notre ère, ils furent accusés de la mort de Jésus-Christ (notion de peuple déicide). L’antisémitisme n’a dès lors cessé de croître au cours des siècles.
L’antisémitisme a marqué plusieurs fois l’histoire des pays européens. Il peut devenir une doctrine politique et inspirer des lois comme les lois de Vichy sur le statut des juifs, en 1940. Il a été l’un des fondements du régime nazi et, à partir de la Conférence de Wannsee (20 janvier 1942), a conduit à programmer la « solution finale », qui a mené six millions de juifs à la déportation et à la Shoah (extermination des Juifs). À la Libération, le Tribunal de Nüremberg a jugé l’ensemble des crimes nazis inspirés notamment par l’antisémitisme.

III. Adolf Hitler
Adolf Hitler, né le 20 avril 1889 à Braunau am Inn en Autriche-Hongrie, dans la partie de l’actuelle Autriche et mort par suicide le 30 avril 1945 à Berlin, est un dirigeant allemand, fondateur de l’idéologie hitlérienne.
La vision hitlérienne du monde est fondamentalement dominée par l’idée de la lutte des espèces pour la conquête d’un "espace vital". Pour créer une race allemande pure (la race aryenne), Hitler considère qu’il faut éliminer ceux qui la pervertissent : les juifs. En 1933, les nazis arrivent au pouvoir. Ils mettent en place une répression qui frappe les sociaux démocrates et l’ensemble des Allemands hostiles au nazisme ; beaucoup sont assassinés dans les premiers camps de concentration ouverts pour y interner ces nombreux opposants.
Puis, pendant la Seconde Guerre mondiale (1939-1945), les nazis mettent aussi en place des camps d’extermination qui vont être consacrés à la « solution finale » : l’assassinat de plusieurs millions de juifs.
IV. L’antisémitisme pendant la 2ème guerre mondiale.
Dès 1940, le régime de Vichy adopte des réglementations et des lois antisémites, applicables à tout le territoire français. Le 3 octobre 1940, le gouvernement de Vichy promulgue un Statut des Juifs, première loi française ouvertement antisémite qui interdits aux juifs de travailler dans l’administration, l’enseignement, le judiciaire, l’armée, la presse, les théâtres. Ce texte est suivi, en mars 1941, d’un décret de Vichy créant un Commissariat Général aux Questions Juives, chargé de liquider les possessions juives. A partir de l’été 1941, la police de Vichy arrête et déporte activement les Juifs.