Vous êtes ici : Accueil > Matières > SVT > Responsabilité humaine : santé et environnement (Exposés pour les classes de (...) > pistes de recherches concernant l’autisme.
Publié : 10 janvier 2016

pistes de recherches concernant l’autisme.

L’autisme n’est pas un sujet facile car il existe différente forme d’autisme et cette maladie est assez mal connue.
Définir l’autisme n’est pas chose facile car l’on ne sait pas exactement les causes de ce handicap ainsi que son origine.
Pour la communauté scientifique, l’autisme est une pathologie neurologique faisant partie des « troubles envahissants du développement ».
Dans ceux-ci, différents degrés peuvent apparaitre. Le terme de Trouble Envahissant du Développement (TED) signifie que des difficultés touchent différents domaines du fonctionnement de la personne, surtout ceux qui appelent à des contacts avec l’environnement dans le cas de l’autisme.
Pour des connaissances de collégiens il faut se référer surtout au connaissances de quatrièmes sur la communication nerveuse.
Vous trouverez ci joint quelques pistes pour ce sujet épineux mais pas moins intéressant.

JPEG - 42.6 ko

Les réactions des autistes aux sons et à la voix

« Nous avons réalisé à Orsay avec cinq autistes adultes et huit sujets sains, la même expérience que Pascal Belin4 avait effectuée. Sachant que la moitié des autistes ne parviennent jamais à parler, nous avons volontairement choisi des personnes qui maîtrisaient la parole, pour éviter tout biais lié au non-développement du langage. Tout en observant leur cerveau par IRM fonctionnelle, nous avons fait écouter à tous les sujets des séquences de sons alternant voix humaine (parole mais aussi cris, rires, chants) et autres bruits (cloche, moteur, musique, cris d’animaux). Chez tous les sujets normaux, on note une activation dans l’aire de perception de la voix quand il s’agit de sons vocaux alors qu’on n’en note aucune chez les autistes. Tous, sauf un, ont réagi de la même façon à la voix qu’aux autres sons. À la fin du test, nous leur avons demandé ce qu’ils avaient entendu. Les sujets sains ont noté des voix et des sons non vocaux tandis que le seul autiste qui se souvenait avoir entendu de temps en temps une voix était celui qui avait activé l’aire de la voix durant l’examen. Que peut-on en déduire ? La voix est porteuse d’informations sur ce que pense l’autre, notamment au travers de ses intonations. On sait qu’à la base de l’interaction sociale, il y a la perception de l’autre personne. »

Monica Zilbovicius, La voix humaine ne parle pas aux autistes. La Recherche, 2004, n° 379.

Portfolio automatique :

Documents joints