Vous êtes ici : Accueil > Matières > SVT > Peuplement de la Risle. > Pollution d’une rivière et auto épuration
Publié : 1er juillet 2016

Pollution d’une rivière et auto épuration

L’homme influe sur la répartition des animaux dans le milieu en déversant y des polluants organiques.
C’est par exemple le cas lorsqu’on déverse trop d’engrais, ou bien qu’on laisse des déchets de tontes près de la rivière.
• Le déversement d’eaux chargées en matières organiques dans une rivière provoque une perturbation sérieuse du milieu avec l’apparition de quatre zones successives dans le sens du courant :

  • en amont du rejet : une zone où l’eau claire, douce et bien oxygénée montre une population normale de poissons et d’insectes aquatiques (phrygane, éphémère) exigeants en dioxygène ;
  • au niveau du rejet : une zone où l’eau est trouble et colorée avec une population tolérante de poissons et la présence de larves de chironomes ;
  • en aval du rejet : une zone où l’eau est toxique, malodorante et contient des boues flottantes. On y trouve des larves d’insectes peu exigeantes en dioxygène, comme l’éristale, mais plus aucun poisson ;
  • plus en aval : une zone de restauration, avec un retour progressif à la qualité normale de l’eau et du peuplement animal initial.
Mésofaune de rivière.
(1) Larve d’éphémère (*) (2) Larve de diptère (3) Gammare (*) (4) Chironome (5) Aselle (6) Larve de Trichoptère (*) (7) Larve de perle (*) (8) Ver de vase. Les animaux marqués d’un astérisque sont particulièrement sensibles aux pollution.

• Finalement, une pollution organique a des effets sur les eaux courantes car elle provoque un changement complet du peuplement de la rivière en actinoptérygiens, arthropodes et mollusques .

Ces changements sont liés à la diminution en dioxygène due à la décomposition des matières organiques par des êtres vivants, les décomposeurs qui consomment du dioxygène.

Détermination avec la classe de 4ème A en juin 2016 de la présence des espèces piscicoles de la Risle (projet encyclopédie de la Risle)

Toutefois, le brassage des eaux polluées avec les eaux normales entraîne une auto-épuration progressive .

Les systèmes d’épuration des eaux usées adaptés aux petites collectivités :

  • Les communes ont l’obligation de prendre en charge l’assainissement des eaux usées domestiques des habitations.
    En effet, les eaux d’égout des collectivités rurales doivent comme celles des villes être épurées avant leur rejet dans le milieu naturel. Cette épuration se fait
    dans des stations d’épuration à l’aide de bactéries qui détruisent la pollution avant qu’elle ne soit rejetée. Elles transforment cette pollution en un sous-produit appelé « boues » qui sont ensuite épandues comme engrais et matière organique sur les terrains agricoles.
  • Les stations d’épuration classiques que l’on rencontre dans des villes nécessitent une forte technicité et une exploitation complexe qui induit des coûts de personnel et d’énergie élevés.

En particulier, l’évacuation régulière des boues est une contrainte forte qui, si elle n’est pas respectée, peut conduire au dysfonctionnement de l’installation et
donc à un rejet de la pollution mal traitée.

  • Les stations d’épuration conçues selon le principe des « lagunes d’épuration »

constituent une solution intéressante pour le milieu rural et sont adoptées depuis plusieurs dizaines années par de nombreuses collectivités. Elles représentent environ 20 % de l’effectif des stations.

Portfolio automatique :