Vous êtes ici : Accueil > E3D (Établissement Du Développement Durable) > Solidarité > Semaine de la solidarité internationale 2016
Publié : 17 novembre 2016

Semaine de la solidarité internationale 2016

Jeudi 18 novembre, dans le cadre de la semaine de la solidarité internationale organisée par le PILES : pôle d’initiative local pour le soutien à l’économie solidaire (réf Marianne Blin), toutes les classes de 4ème du collège ont pu échanger pendant une heure d’Enseignement moral et civique et de géographie avec des intervenants de diverses associations : Klervi le Guenic de la fondation Danèle Miterrand France Libertés et Catalino, paysan guatémaltèque, de l’association : Terra Madre soutenu par le CCFD- Terre solidaire, Alice assurait quant à elle la traduction ) sur le thème de la biopiraterie au Pérou, une des conséquences de la mondialisation dans les pays du Sud. Il s’agissait pour les élèves d’aborder la question de l’engagement citoyen dans une association et de travailler l’empathie et l’ouverrture sur le monde et sa diversité culturelle.
La séance a été préparée en amont par le visionnage d’un film documentaire"Pérou : la nouvelle loi de la jungle"de F Reinhardt, Vargas, P.Simon et L Fossart, Arte 2015. Le film traite de l’appropriation par des firmes chinoises de la culture ancestrale de la maca et des moyens de lutter contre le dépôt de brevet "sauvages" sur des savoirs ancestraux sur les plantes aux propriétés médicinales ou cosmétiques et sur la possibilité de protéger des droits des populations autochtones. La parole des petits paysans a permis d’aborder toutes les problématiques du développement durable :

- économique : la souveraineté alimentaire, accaparement des terres par quelques familles au Guatemala pour développer la monoculture industrielle de palmier à huile, de bananes...
- sociales:appauvrissement des petits paysans qui ne peuvent plus exporter ni vendre la maca à cause de la concurrence chinoise.
- environnementales : perte de la biodiversité des variétés de maca (les Chinois préfèrent la noire), conséquences de l’utilisation des OGM, accaparement et pollution chimique de la ressource en eau par les grandes exploitations aux détriments des petits paysans.

Les questions des élèves ont permis d’aborder le thème du commerce équitable et du pouvoir du consommateur qui peut aussi être "consomm’ acteurs" en boycottant certains produits, en s’informant sur les conditions et lieux de fabrication, en signant des pétitions en ligne, cf site France liberté : contre la stévia. Les élèves ont découvert que la stévia, au fort pouvoir sucrant, substitut du sucre pour les régimes présents dans de nombreux sodas, est issue de la biopiraterie du savoir du peuple Guarani, vivant à la frontière entre le Brésil et le Paraguay, qui n’a pas touché un centime en retour de ce dépôt de bretvet par une compagnie étrangère

Portfolio automatique :