Publié : 7 juillet 2017

Sa déportation de Compiègne à Mauthausen Lucie...

Sa déportation de Compiègne à Mauthausen

Lucie Boissel et Ambre Adam 3D

Henri LEDROIT a été déporté le 16 avril 1943 de Compiègne à Mauthausen dans le convoi numéro 16 comportant 994 français.
Avant de monter dans le convoi, ils ont reçu chacun une boule de pain.
Ils étaient une centaine par wagon, ils ne pouvaient ni s’asseoir ni s’allonger, avec en plus une chaleur torride. Ils ont passé 2 jours et 2 nuits dans ce wagon sans savoir où ils allaient.
Ils n’avaient pas d’eau, juste un fût métallique pour faire leurs besoins. De nombreuses personnes sont décédées durant le voyage, et avec les corps décomposés dans le wagon il y avait une odeur pestilentielle. La soif était particulièrement terrible poussant quelque-uns à boire leur urine.

Les portes du wagon se sont déverrouillées le 18 avril 1943.

Des SS, des chiens et d’autres hommes armés de matraque attendaient les déportés. Il y avait écrit sur le mur de la gare un mot en 9 lettres : « MAUTHAUSEN ».
Pour aller de la gare au camp, il fallait constituer une longue colonne par rangs de 5 qui partaient d’un pas cadencé. Les premiers 500 mètres traversaient le village, ensuite ils montaient en sinuant au flanc d’une colline boisée. Toutes les personnes qui ne suivaient pas, étaient abattues . Il fallait parcourir 5 à 6 kilomètres à ce rythme. Après être passé sur le chemin d’une grosse ferme, les déportés continuaient sur une voie plus large et de là ils découvraient le camp de Mauthausen sur le sommet de la colline.

Portfolio automatique :