Publié : 25 mai 2009

L’Affaire Dreyfus

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Dreyfus

L’Affaire Dreyfus

L’Affaire Dreyfus est une affaire d’espionnage et d’antisémitisme. La victime de cette affaire est Alfred Dreyfus (il était français, de religion juive).

Le 15 octobre 1894, le général Mercier (ministre de la guerre) exige l’arrestation du capitaine Dreyfus. Il est accusé d’avoir donné des informations militaires confidentielles à l’Allemagne.

Le 22 décembre 1894, Alfred Dreyfus est condamné au bagne (c’est un établissement pénitentiaire dédié aux travaux forcés) à perpétuité pour trahison d’espionnage envers l’Allemagne (il est envoyé en Guyane).

http://pagesperso-orange.fr/felina/doc/hist/dreyfus.htm Le 05 mai 1895, Alfred Dreyfus, capitaine au deuxième bureau de l’état major, est dégradé dans la cour de l’Ecole Militaire. Il est ensuite transféré sur l’île du Diable en Guyane.

En mars 1896, Georges Picquart, lieutenant - colonel dirigeant du deuxième bureau (bureau de renseignement), découvre une correspondance entre Schwartzkoppen (officier français à l’attaché de l’ambassade allemande) et un officier français, le commandant Charles Esterhazy dans un pneumatique (désigne une carte, un courrier transmis en urgence). Il en apprend donc que le procès de l’Affaire Dreyfus est fondé sur un dossier secret contenant des pièces trafiquées et sans valeur (en partie avec une simple ressemblance d’écriture dans une lettre).
Pendant ce temps la famille d’Alfred Dreyfus, famille bourgeoise, fait appel au journaliste Bernard Lazare pour trouver des raisons de réviser ce procès. Bernard Lazare publie en novembre 1896 une brochure sur cette affaire.

Le 14 novembre 1897, Scheurer - Kestner, vice président du sénat et journaliste, édite une lettre proclamant des faits nouveaux et assure l’innocence de Dreyfus dans le journal "Le Temps".

Le 10 janvier 1898 ; Mathieu Dreyfus, Scheurer-Kestner et Joseph Reina (député) obtiennent qu’Esterhazy soit traduit en conseil de guerre. Esterhazy est déclaré non coupable par le conseil de guerre malgré les graves présomptions qui pèsent sur lui.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Dreyfus Le 13 janvier 1898, Emile Zola, en réaction avec ce jugement fait paraître une lettre dans "l’Aurore" (" J’Accuse") qui est adressée au Présidant de la République et où il prend le risque de se faire arrêter et condamner pour diffamation publique (il accuse Esterhazy d’être le coupable et le général Mercier d’avoir caché le dossier, mais il n’a pas de preuves).

En février 1898, Emile Zola est traduit en cour d’assises et condamné à un an de prison.

En août 1898, on apprend que le Colonel Henry a fabriqué un faux pour perdre Dreyfus. Emprisonné, le Colonel Henry se suicide.

En 1899, Dupuy, ministre de la guerre accepte la révision du procès. Dreyfus rentre enfin du bagne.

Le 09 septembre 1899, Dreyfus est à nouveau comdamné pour haute trahison, mais seulemant à dix ans de réclusion en raison de circonstances atténuantes. Le président de la République accorde aussitôt une grâce à Dreyfus, mais ses défenseurs demandent l’acquittement complet (déclarer non coupable).

Le 12 juillet 1906 ; Alfred Dreyfus est définitivement innocenté. A titre de réparation, il sera réintégré dans l’armée et décoré.

Sources :

http://pagesperso-orange.fr/felina/doc/hist/dreyfus.htm
http://www.linternaute.com/histoire/cgi/recherche/recherche.php?f_terme=affaire dreyfus&x=0&y=0
http://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Dreyfus