Vous êtes ici : Accueil > Archives(Articles des années antérieures à 2016) > Le jardin médiéval > CESC et jardin médiéval : les savoirs anciens au goût du jour
Publié : 21 septembre 2009

CESC et jardin médiéval : les savoirs anciens au goût du jour

Le CESC (Comité d’Education à la santé et à la Citoyenneté) s’est déroulé les jeudi 6 mars et vendredi 7 mars 2008. Avec Monsieur Carpentier, nous avons voulu participer au CESC en utilisant le jardin médiéval. Monsieur Gaumont, de l’APHN (Association Pomologique de Haute-Normandie), est venu faire partager sa passion et ses connaissances avec les élèves.

En effet, le jardin médiéval permet de montrer comment les gens cultivaient et vivaient en s’aidant de la nature (et en l’aidant), comment ils savaient respecter et protéger les différentes espèces de plantes et d’animaux pour créer un équilibre naturel : toute plante, tout insecte, a son utilité pour lutter contre les maladies et même pour protéger contre les maladies, les parasites, les insectes trop gourmands. Pour montrer aux élèves de 5e comment le développement durable(c’est-à-dire assurer le développement humain tout en protégeant la qualité et la diversité de la planète ; concept très en vogue aujourd’hui, en ces temps de modification profonde de la Terre) est déjà présent dans la nature qui nous entoure (depuis des millénaires), l’’APHN nous a envoyé un de ses membres actifs, et en même temps voisin du collège : Monsieur Gaumont. Monsieur Gaumont a expliqué aux élèves comment nous devions aider les insectes à protéger les arbres fruitiers plutôt que de les détruire (comme c’est la mode avec les insecticides, les pesticides, les fertilisants,...) : la nature a son propre équilibre. Monsieur Gaumont a donc montré le mulch(morceaux d’écorces, de bouts de bois) qui garde l’humidité au pied de l’arbre (très utile en temps de réchauffement climatique), mais le mulch favorise aussi l’installation d’insectes qui vont détruire les animaux nuisibles (comme les carpocapses dont la larve est le ver que l’on trouve dans les fruits).
Monsieur Gaumon dépose du mulch au pied du pommiersous l’oeil attentif de monsieur Carpentier qui , en tant que prof de maths, surveille si la circonférence autour de l’arbre est bien respectée !

Il a aussi montré comment fabriquer des abris pour insectes (surtout pour les perce-oreilles qui mangent les pucerons et permettent donc d’avoir des fruits comme les prûnes, mais aussi les tomates), des niches à oiseaux, ...
Voici un nid à carpocapses.

Monsieur Gaumont nous a expliqué aussi comment l’homme a "créé" les pommes d’aujourd’hui : après la préhistoire, il existait des pommes sauvages, toutes petites, qui étaient très acides et que seuls les animaux utilisaient pour s’alimenter. Les hommes ont alors pensé qu’ils pourraient les manger s’ils les amélioraient. C’est à partir de là que les hommes ont créé les variétés de pommes d’aujourd’hui (bénédictin, booscop, ...). Pour cela, ils ont inventé une technique : la greffe.Sur un pommier de 2-3 ans que l’on appelle le porte-greffe.
Voici un porte-greffe

On fend le haut et on glisse un petit bout de pommier de la variété qu’on veut obtenir (c’est le greffon). Monsieur Gaumont nous a donc montré comment on greffe :
voici un greffon.

Enfin, les élèves ont eu le droit à une démonstration de taille de pommier : après avoir expliqué pourquoi tailler et quelles branches supprimer, Monsieur Gaumont a demandé aux élèves de participer en lui indiquant quelles branches devaient, d’après eux, être coupées :
La taille en 10 leçons.

Tout au long de cette séquence, Monsieur Gaumont a répondu à toutes les questions qui lui ont été posées. Il a apprécié l’écoute que les élèves ont eu, et est prêt à renouveler l’expérience l’an prochain. Alors à bientôt monsieur Gaumont !
Des élèves attentifs.